Enfin je te rencontre... Ft Matthew
RemonterDescendre
London, la babylone moderne.
On pourrait appeler Londres
la Babylone noire.
Lugubre le jour, splendide la nuit.
Voir Londres est un saisissement.
C'est une rumeur sous une fumée.
Analogie mystérieuse,
la rumeur est la fumée du bruit.
Carcosa
Au long du lac se brisent les vagues de nuages
Les deux soleils jumeaux meurent sur ses rivages
Et les ombres s'allongent
Sur Carcosa
Si étrange est la nuit sous les étoiles noires
Si étranges les lunes tournant au ciel du soir
Mais plus étrange encore
Est Carcosa
The Yellow Sign
N'est pas mort ce qui à jamais dort. En d'étranges éons peut mourir meme la mort


Partagez | 
 

 Enfin je te rencontre... Ft Matthew

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Résidence : Londres
Occupation : Dame de Ménage musée & Daily Télégraph ; Etudiante en secret ; Ecrivaine amatrice & anonyme
Avatar : Dakota Fanning
Date d'inscription : 04/11/2018
Messages : 66

Investigateur
Points de vie:
5/5  (5/5)
Points de mental:
10/10  (10/10)
Axes:
AxesNotes
Erudition3
Force1
Roublardise3
Volonté5
avatar
 

( Enfin je te rencontre...  )

Sa voix… Celle qu’elle entend depuis pas mal de temps désormais, celle qui vient la chercher alors qu’elle s’est assoupie dans sa minuscule chambre, celle qu’elle suit à chaque fois parce que la première fois la curiosité l’a poussé à le faire et qu’après elle avait envie d’en apprendre plus sur lui. Elle n’a jamais vraiment eu l’occasion de le voir c’est plus une impression, une sensation… Elle se promène dans Oniris, dans un décor agréable et il lui parle sans vraiment apparaître. Elle ne sait pas pourquoi et il n’a jamais répondu à ce genre de questions aussi elle a apprit à faire avec et lui pose plutôt des questions sur cet entre deux mondes alors qu’il en pose sur le monde réel. Enfin réel pour elle, elle ne se rend pas vraiment compte ce qui est réel pour lui ou pour elle.

Cette nuit elle a suivi de nouveau ce murmure et se réveille doucement, papillonnant des yeux alors qu’elle se trouve dans un petit couloir qu’elle ne connait pas. L’endroit semble riche et elle ne se sent pas vraiment à sa place mais a sa surprise elle porte une robe plutôt belle, une de celle qu’elle n’aurait clairement jamais l’argent de se payer aussi elle reste à s’admirer quelques secondes avant d’entendre de nouveau son prénom aussi elle avance sur la source, poussant une porte devant elle avant d’arriver dans un joli petit salon bourgeois. Elle va observer l’endroit, surprise de se retrouver ici quand son regard se pose sur un homme qu’elle ne connait pas et pourtant elle sait que c’est lui, c’est juste évident pour son âme. Quel sentiment étrange…

Elle va s’avancer d’un pas plutôt rapide, dénotant qu’elle n’a pas les manières d’une dame mais elle ne s’en cache pas. Et puis ils se connaissent bien après tout. « Bonsoir » Son regard se pose sur le service à thé avec les petits gâteaux et un pétillement de gourmandise nait dans son regard alors qu’elle s’installe en face de lui. « Je suis heureuse de te rencontrer vraiment. Enfin… Façon de parler puisque rien n’est vrai ici » A force d’y venir elle a fini par le comprendre mais elle préfère largement Oniris à Carcosa…
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
( Pando )
Revenir en haut Aller en bas
Résidence : Londres pour le corps, Carcossa pour l'âme coincée.
Occupation : Dandy oisif occultiste.
Avatar : Reeve Carney
Date d'inscription : 01/12/2018
Messages : 19
avatar
 

( Enfin je te rencontre...  )

Ce monde du rêve est beaucoup plus paisible que Carcosa. Ici, aucune créature ne risque de vous pourchasser, aucune aberration ne viendra faire douter votre vision du monde, aucun froid glacial saisira votre échine, aucun sentiment de déraison de vous prendra au trippe, aucun psychopompe n’essaiera de vous attraper. Pour une âme perdue comme pour une rêveuse, le monde des songes et bien plus agréable à visiter que l’autre monde. Voilà pourquoi Matthew aime tant y passer du temps, pourquoi il trouve plus raisonnable d’y retrouver sa rêveuse. Sa. Disons plutôt, la rêveuse qu’il a rencontré à plusieurs reprises, qu’il sait retrouver aisément. Il ignore comment cela fonctionne, il sait simplement quand elle est présente quelque part, quand son esprit trouve le chemin de Carcosa ou d’Oniris. Sait-elle où le retrouver ? Il ne lui a jamais demandé. Il a d’autres choses à lui demander. Mais ignore comment formuler la question, ignore quand elle pourra l’aider, si elle le peut. Tout ce qu’il peut faire c’est s’accrocher à cet espoir.

Au moins, ici, dans l’Oniris, il peut profiter d’un instant de normalité. Même si elle ne réussit à le ramener parmi les vivants au moins lui offre-t-elle en ces rares instants l’illusion d’être à nouveau vivant. Il se reconnecte à son humanité à son contact. Ceux qui disent que l’homme est un loup pour l’homme ne savent rien de l’atrocité de la solitude. L’homme est fait pour vivre avec d’autres hommes. Il n’y a rien de plus horrible que la solitude, et tout ce que votre esprit peut créer, des merveilles qui finissent par devenir des monstruosités. Comme Carcosa, un endroit dont il a rêvé, qu’il voulait connaître et explorer, et qui est devenu un cauchemar dont il n’arrive plus à sortir. Mon dieu faites qu’elle puisse m’aider, songeait-il.

Convoquer son salon, par son esprit, convoquer une tenue soignée, arranger ses cheveux, chasser les ombres de son regard, avoir l’air moins fou, moins errant. En cet instant, pour elle, il retourne chez lui, même si ce n’est qu’un rêve. Il a imaginé une jolie robe pour elle, comme celle que portait Rose, sa sœur. « Bonsoir, » répondit-il avec un sourire charmant. Il ne peut s’empêcher de jeter un œil à la fenêtre, et d’y voir une lune grosse et jaune auréolée de nuage. « Je comprends ce que tu veux dire. » C’est avec un sourire amusé, convenu qu’il lui répond. Il comprend tout à fait. Cela faisait longtemps qu’il cherchait à lui parler, à vraiment la connaître, ici, cela est possible. « Cela fait du bien, de s’offrir un moment de quiétude. » ajoute-t-il songeant à Carcosa. Il serait resté ici pour toujours s’il le pouvait.

Dans le monde réel, il y aurait eut un valet pour les servir, ici à Oniris il n’y avait personne. Mais ce n’était pas grave. Matthew avait tellement soif de normalité que saisir cette théière brûlante et servir le thé était un plaisir. Il se leva et fit le service avant de se rassoir et de tendre la panière avec les gâteaux à la jeune femme. « Je m’appelle Matthew, et toi ? »
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
( Pando )
Revenir en haut Aller en bas
 
Enfin je te rencontre... Ft Matthew
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» portrait Matthew Bellamy
» Matthew McNulty : un acteur à suivre
» Le General Matthew"Bunker" RIDGWAY
» matthew bellamy EST gwen stefani
» ça y est enfin, j'ai craqué

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Yellow Sign :: it creeps only into the awakened souls :: Derrière le voile :: Oniris-